Les meubles en cuir ont une popularité qui ne se dément pas. On craque pour leur durabilité, leur souplesse et leur côté pratique qui s’agence avec tous les styles.

Lors de notre visite en Italie, nous avons eu la chance de visiter une tannerie italienne, proche de Vérone, et les ateliers de notre fournisseur Incanto près de Bari dans le sud du pays. On a pu constater tout le travail qui entre dans l’assemblage de meubles en cuir.

Préparation des peaux

Tout d’abord, la peau passe jusqu’à 48 heures dans de gros barils de sel. Ce processus permet à la graisse et au poil de s’en détacher complètement. Au bout de deux jours, les peaux sont plongées dans des bassins de chrome. On appelle ce processus wet blue parce qu’il donne une teinte bleue aux peaux. Ce procédé aide à rendre la peau plus résistante et la rend uniforme pour qu’elle réponde bien à l’étape de la teinture. Une fois les peaux traitées et uniformisées, on les classe selon leur qualité. Saviez-vous que les peaux en provenance du nord (donc de chez nous!) sont de meilleure qualité? Elles présentent effectivement moins de défectuosités comme des piqûres d’insectes, des vergetures ou autres blessures. Chaque peau est donc minutieusement inspectée et triée selon sa pureté.

L’étape de la teinture

Les peaux sont ensuite déposées dans une immense cuve à laquelle on ajoute les couleurs pour donner une teinte de base qui aura un impact sur la pigmentation finale. Cette étape se faisait autrefois à la main, mais la science a pris le dessus et chaque teinte de base est aujourd’hui calibrée par ordinateur pour assurer une uniformité irréprochable. Une fois la base réussie, les peaux sont étendues pour sécher et se transformer en cuir brut.

Quand le cuir est prêt, on passe à la couleur finale. Il est teint deux fois plutôt qu’une, ce qui assure une couleur franche qui tiendra longtemps. C’est aussi à cette étape qu’on applique une couche de protection, qui lisse le cuir ou en laisse ressortir le grain. Si on souhaite que le grain du cuir soit bien apparent, le temps de traitement est plus long. C’est ce qui explique aussi le coût plus élevé du cuir au grain naturel. On peut toutefois reproduire le grain à la machine, ce qui donne un résultat parfaitement uniforme et un produit moins coûteux. 

Les peaux teintes sont ensuite classées selon leur grade. On parle de cuir pigmenté lorsqu’il est transformé, de semi-aniline quand sa couleur est légèrement corrigée, et de cuir aniline quand il est naturel. On inspecte les peaux, on en retire les dernières imperfections, et on est enfin prêts pour la prochaine étape : le meuble.

Construction du meuble

La fabrication d’un meuble implique beaucoup plus que son recouvrement en cuir. Il faut d’abord fabriquer les structures en bois selon le design. Puis tailler les gros blocs de mousse à l’aide d’une impressionnante machine qui coupe de manière ultra précise. Les coupes droites sont faites main par des ouvriers d’expérience. La mousse est ensuite assemblée de manière rudimentaire sur les structures de bois : le canapé commence à prendre forme. Le rembourrage, les sangles et l’assemblage de toutes les sections viennent ensuite.

Quand le meuble a sa forme finale et que tout est en place, c’est au tour du cuir d’être posé par des artisans qui travaillent les peaux en maximisant chaque surface couverte. Une fois le meuble complètement recouvert de cuir, c’est l’heure de la finition : prises USB, boutons et rivets, étiquettes. Aucun détail n’est oublié, chaque couture est minutieusement inspectée. On passe finalement un rapide coup de séchoir pour lisser le cuir une dernière fois.

La fabrication d’un meuble en cuir comprend de très nombreuses étapes, du traitement du cuir à l’assemblage de toutes les composantes. Quelques semaines sont nécessaires pour produire un meuble de qualité. Avec tout le soin qui entre dans sa conception, pas étonnant qu’un canapé en cuir soit un véritable investissement.